Revue IRIS n°37/2016 L'Entre-deux et l'Imaginaire Lettre électronique des Centres de Recherche sur l'Imaginaire n°15 (2016) Actes du 2ème congrès du Centre de Recherches Internationales sur l'Imaginaire (2015) Philippe Walter : Dictionnaire de Mythologie arthurienne
Coll-CRI_visuel.jpg
Colloque international pour le cinquantenaire du Centre de Recherche sur l'Imaginaire
du 30 novembre 2016 au 3 décembre 2016
 

Ce colloque a été élaboré par LITT&ARTS en collaboration avec le LLSETI de l’université Savoie Mont Blanc, où le CRI a vu le jour, et se déroulera sur les deux sites.

Le Centre de recherche sur l’imaginaire de Grenoble (CRI) a été fondé le 2 décembre 1966 par Léon Cellier, Paul Deschamps et Gilbert Durand. Ce colloque, cinquante ans jour pour jour après sa création, vise à examiner les enjeux théoriques et conceptuels contemporains de l’objet interdisciplinaire que constitue l’imaginaire.

On constate aujourd’hui que les sciences et les techniques ont adopté le concept, tant pour combattre un positivisme desséchant, que pour y trouver les sources d’une « philosophie de l’innovation ». Dans le même temps, les sciences humaines et sociales se saisissent de la question et de la pratique du récit pour se refonder. Les bouleversements technologiques, politiques, épistémiques que traversent nos sociétés sont également propices au « retour » de l’imaginaire, au sens académique, comme au sens courant (et il conviendra aussi d’analyser les usages du terme). 

Colloque « du cinquantenaire », ces trois journées et demie auront donc pour objectif, d’une part, de resituer les travaux de Gilbert Durand dans la perspective de son époque et d’opérer une synthèse, jusqu’ici inédite, sur la fortune du concept d’« imaginaire » dans les années qui précèdent et qui accompagnent l’affirmation de « l’imagination au pouvoir ». D’autre part, il s’agira de faire un état des lieux de l’actualité des recherches sur l’imaginaire et des perspectives qu’elles ouvrent pour penser le monde de demain.

Le colloque présente la particularité de s’inscrire au niveau international (grâce au très actif réseau CRI2i, dont le CRI grenoblois est cofondateur), tout en étant très fortement ancré au niveau régional et métropolitain. Il est élaboré en collaboration avec le LLSETI de l’université Savoie Mont Blanc, où le CRI a vu le jour, et se déroulera sur les deux sites. Il est aussi le fruit des rencontres entre des chercheurs de disciplines diverses à l’intérieur des universités et des écoles du site, qui ont souhaité interroger les convergences de leurs enjeux et de leurs pratiques de recherche. L’hypothèse d’un « creuset alpin », forgé dans les années 1970 et toujours actif, sera soumise à la réflexion de chercheurs passés par les établissements du site sur plusieurs générations, autour d’ouvrages majeurs publiés par des chercheurs de nos universités.

Ce colloque du cinquantenaire a délibérément adopté une forme originale, privilégiant le dialogue sous ses formes les plus diverses (temps de discussion après les conférences, ateliers, réflexions dialoguées, tables rondes, lectures partagées, session de posters, traversée urbaine), pour faire de ces journées d’anniversaire un état des lieux constructif et dynamique. Les « Réflexions dialoguées » et les « Lectures » seront modérées par les doctorants de l’équipe.

Pour plus d'informations, consultez le site du colloque.
 

Direction : Isabelle Krzywkowski

Depuis janvier 2015, le CRI fait partie de la nouvelle unité de recherche LITT&ARTS, sous la composante ISA.
Le centre de recherche Imaginaire et Socio-Anthropologie est une nouvelle structure à vocation pluridisciplinaire, née de la fusion du Centre de recherche sur l’imaginaire (CRI, EA 610), fondé par Gilbert Durand, Paul Deschamps et Léon Cellier en 1966, et du Laboratoire de Sociologie de Grenoble Émotion, Médiation, Culture, Connaissance (EMC2-LSG, EA 1967).

Son positionnement est la socio-anthropologie, conçue comme l’étude interdisciplinaire de l'homme en tant qu’être historique et culturel, en relation avec un milieu naturel et social. Fondée sur le constat que l'humain n'existe pas sans imaginaire, sans représentations, sans discours ou désirs (i.e. idéologie), et que c’est un imaginaire partagé qui définit cet Anthropos dans sa dimension interculturelle, la composante s’intéressera, par des approches diachroniques et synchroniques, pluridisciplinaires et pluriculturelles, aux rapports nature/culture, individu/collectif, aussi bien que sensible/intelligible ou affect/intellect.

Point de départ historique de notre composante, le concept d’imaginaire est envisagé dans sa dimension anthropologique, comme image du monde sur lequel se fonde notre perception du réel, c'est-à-dire à la fois comme herméneutique et comme dynamique de création de connaissances et de nouvelles relations au social, au croisement de l’individu et du collectif. Ainsi conçu, l’imaginaire constitue pour la composante un objet « transdisciplinaire », dont elle s’attachera à réinterroger et à approfondir le concept à l’aune des évolutions scientifiques, technologiques et sociales récentes (notamment « culturelles ») et à en mettre en perspective les diverses conceptions, en faisant l’hypothèse d’un repositionnement actuel des ALSHS et des sciences qui empruntent à l’imaginaire pour se refonder / se repenser.

Le centre de recherche se concentrera sur deux processus anthropologiques, la cognition et la création, envisagés dans leurs relations (la symbolisation, la représentation, etc.), en lien avec l’art, mais aussi, plus largement, comme processus, en faisant l’hypothèse du caractère créatif de la production du social. Ceci entraîne une conception de la culture, comme non seulement « matérielle » (techniques, savoir-faire...), mais aussi et surtout comme « symbolique », c'est‐à‐dire productrice et transformatrice, autrement dit, une pratique.

L’enjeu épistémologique est donc l’étude des modes « alternatifs » de compréhension des constructions et productions de connaissances. Par « modes alternatifs », on entendra l’existence, à côté de la démarche positiviste, d’autres modes de rationalité qui passent par l’imagination (comme faculté de produire mentalement des images, représentations sensibles distinctes des perceptions et des concepts abstraits), le symbolique (comme ce qui est en correspondance avec autre chose qui n'est pas là et ce qui fait « exister » l’imaginaire en création incessante) et le sensible (en tant qu’il participe à la construction de nos valeurs, de nos raisonnements, de notre connaissance).

Thématiques internes :

  • Arts, sciences, techniques : imaginaire et processus de productions cognitifs
  • Espaces communs, cultures communes, création collective
  • Le sensible : corps, émotions, sensations, perceptions, affects, altérités
  • Mythanalyse et mythocritique

 


 

 

 

Avec un peu de retard, nous nous permettons de relayer quelques informations sur le réseau CRI2i que nous empruntons à Litt&Arts.

Le réseau international des CRI réunit une quarantaine de centres en France et dans le monde autour de la recherche sur l'imaginaire.

Dans le cadre de ce réseau fondé en 2012 à Cluj-Napoca (Roumanie), plusieurs projets transversaux réunissent une quarantaine de centres en France et dans le monde (de la Corée au Brésil en passant par l’Amérique du Nord et toute l’Europe) autour de la recherche sur l'imaginaire : iconosphère des imaginaires contemporains, textes fondateurs de l’imaginaire, etc. Entre autres activités, le réseau organise des colloques internationaux tous les deux ans, édite des publications communes et développe des cotutelles de thèse.

Le 2e congrès du CRI2i en 2015 a marqué le début d'une nouvelle période de développement des recherches. En effet, le réseau souhaite se renforcer et s’imposer comme plateforme multidisciplinaire et internationale de recherches sur les images, l’imagination et l’imaginaire dans le sillage du structuralisme figuratif, de l’herméneutique symbolique et de la phénoménologie des iconosphères. Il est destiné à coordonner, encourager, valider, valoriser les travaux d’équipes et de chercheurs individuels. Le CRI2i souhaite aussi aider à identifier et stimuler de nouveaux territoires et projets de recherche, à mettre en relations les travaux théoriques avec les champs d’application pratiques, à rechercher des sources de financements institutionnels et les appels d’offres des milieux professionnels qui attendent de plus en plus d’expertises et de conseils.
 


 
 

Les ELLUG et le Centre de recherches sur l’imaginaire (CRI) de l'université Grenoble Alpes ont le plaisir de vous annoncer la parution du n° 37 / 2016 de la revue IRIS

 

L’Entre-deux et l’Imaginaire,

Editorial de Claude Fintz

 

ISBN : 978-2-84310-330-8

ISSN : 0769-0681


Prix :15 € (+ frais de port)

 

Vous pouvez commander cette revue chez votre libraire ou auprès du FMSH-Diffusion, 18-20 Boulevard Robert Schuman 94220 Charenton-le-Pont. Tél . 33(0)1 53 48 56 30

Directement en ligne sur le site http://www.lcdpu.fr/ ou auprès des ELLUG.

 

Propos :

Cet ouvrage est destiné aux amateurs des sciences humaines et de l’interdisciplinarité car, selon Gilbert Durand, l'imaginaire est le lieu de l'entre-savoirs. Le concept d’entre-deux est exploré par Sibony, mais aussi par le critique de l’interculturel Demorgon sous la notion d’« interité ». Penser l’entre métamorphose notre façon d’envisager notre être au monde : mettant en cause les impasses de la pensée identitaire, la pensée intégrative de l'entre-deux s’oppose à celle de l’exclusion. Nous analyserons dans l'imaginaire, à travers un espace, un intervalle, un écart, le travail de l'imaginaire sur des terrains diversifiés. Cela permet un regard neuf sur la question de l'altérité.

 

Sommaire 

Éditorial de Claude Fintz              

Mythodologies

Premre section : languesidentités eentre-deux

Exploratiolexicald« lentre-deu» imaginaire dllangue et topique de la pensée, Véronique Costa – ISA /LITT&ARTS, Université Grenoble Alpes

Ltriple enfermemenlinguistique et linventivité dlentre-les-langues, Philippe Blanchet – PREFics, Université Rennes 2

Être mèreentre tradition et modernité : transmission et transgressiondes identitédgenre dandeinteractionfamiliales, Sandra Tomc – CELEC, Université Jean Monnet et Sophie Bailly – ATILF équipe CRAPEL Didactique des langues et socio- linguistique,Université de Lorraine

Vingt-deux questionpouusurplomb, Entretien avec Salah Stétié – Poète, essayiste, ancien diplomate par Claude Fintz – ISA /LITT&ARTS, Université Grenoble Alpes

 

Secondsection : reres théoriques eméthodologiques pourpenser lentre-deux

Lentre-deux redoublé entre lcosmoelhumaiolintérité cachée, Jacques Demorgon – Philosophe et sociologue

Typologies de l’entre-deux : de l’intervalle au tiers inclus, Jean-Jacques Wunenburger – Institut de recherches philosophiques,Université Lyon 3

Fécondité de l’entre-deux, Daniel Sibony – Psychanalyste et écrivain

De l’entre et de l’imaginaire, Entretien avec François Jullien – Université Paris-Diderot – Paris 7, titulaire de la chaire sur l’altérité à la Maison des sciences de l’homme

Signification et imaginaire : un « entre-deux », Claude Fintz – ISA /LITT&ARTS, Université Grenoble Alpes

À propos des aspects sémiotiques de l’œuvre de Gilbert Durand, Ahmed Kharbouch – Faculté des lettres et des sciences humaines –Oujda (Maroc)

 

Topiques : Quatre terraindtravaidlentre-deux 

Entre regrettéet rejetéeune parolen quêtdvoix, Carmen Alberdi Urquizu – Université de Grenade (Espagne)

L’invasion de l’imaginaire du lecteur dans la littérature-monde. Réflexion à partir de la pensée de François Jullien, Valentina Anacleria – ISA /LITT&ARTS, Université Grenoble Alpes

Chamans du Népal, passeurs intra mundi bistables. De la liminalité d’un « entre-deux » dans la métensomatose, Fabio Armand – ISA /LITT&ARTS, Université Grenoble Alpes

À propos d’une expériencde mouvemenpartagé aveun robothumanoïde : lentre-deucomme maintiedvivant, Marie-Aline Villard – Université Bordeaux-Montaigne et Matthieu Lapeyre – Institut national de recherche en informatique robotiqueet automatique, Aquitaine

 

Facettes

Image dDocteur danDoctor Who scientifique ou magicien ?, Jonathan Fruoco – ILCEA4, Université Grenoble Alpes

 

Compterendus

Philippe Walter et Jean-François P. Bonnot 


 

 

IRIS 36Les ELLUG et le Centre de recherches sur l’imaginaire (CRI) de l'université Stendhal de Grenoble ont le plaisir de vous annoncer la parution du n° 36 / 2015 de la revue IRIS

Les imaginaires du cerveau (deux)

Editorial de Marie-Agnès Cathiard et Patrick Pajon

 

ISBN : 978-2-84310-302-5

ISSN : 0769-0681


Prix :15 € (+ frais de port) 

Vous pouvez commander cette revue chez votre libraire ou auprès du FMSH-Diffusion, 18-20 Boulevard Robert Schuman 94220 Charenton-le-Pont. Tél . 33(0)1 53 48 56 30

Directement en ligne sur le site http://www.lcdpu.fr ou sur le site internet des ELLUG 



Propos :

Le présent numéro d’IRIS, revue internationale d’anthropologie culturelle, se consacrant à l’étude interdisciplinaire des mythes, images et symboles, porte sur les « Imaginaires du cerveau » abordés de manière pluridisciplinaire, posant la question des relations entre « cerveau imaginé » et « cerveau imaginant » à travers l’imaginaire artistique et l’imaginaires des techniques. Dans ce numéro dédié à Philippe Walter, qui dirigea le Centre de Recherche sur l’Imaginaire pendant quinze années, quatre anciens doctorants du CRI contribuent à la section « Facettes » de ce numéro.

 

nous contacter

CRI - Université Stendhal 
BP 25 
38040 GRENOBLE CEDEX 9

email

Sunday the 4th. Association des Amis du CRI. Tous droits réservés.. Hostgator coupon